Dans l’insécurité mondiale actuelle, la guerre par accident devient une menace réelle

08.10.2019

Tout d’abord, je tiens à remercier chaleureusement les organisateurs de cet événement pour nous avoir donné l’occasion de participer à ces discussions et d’y prendre la parole. Bien que je ne sois pas toujours d’accord avec ce qui a été dit ici, communiquer avec un public aussi brillant est certainement utile et agréable.

Il a été dit ici que l’anglais est la langue de l’empire. D’abord, comprenons ce qu’est l’empire. Les anciens empires géographiques ne sont plus pertinents aujourd’hui. À mon humble avis, un empire est un pays qui exporte de l’énergie – politique, économique, technologique et militaire. Si nous regardons la notion d’empire de ce point de vue, il y a trois empires dans le monde maintenant. Les États-Unis sont un empire politique, militaire, économique et technologique ; la Russie est un empire politique et militaire ; tandis que la Chine est un empire économique, technologique et politique. Il est évident que nous vivons maintenant dans un monde multipolaire.

Quant à la mondialisation, je tiens à souligner que je ne suis ni mondialiste ni antimondialiste. Je pense qu’il y a à la fois des aspects positifs et négatifs de la mondialisation. Actuellement, l’une des conséquences les plus dangereuses de la mondialisation est la mondialisation du danger, de la menace et de l’imprévisibilité. Aujourd’hui, pratiquement tous les pays d’Eurasie, et pas seulement, connaissent ce que nous appelons un manque de sécurité.

La raison principale en est que le système de sécurité internationale, le système de sécurité européen qui a été créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le système de sécurité dit de Yalta et de Potsdam, a cessé de fonctionner depuis longtemps. Et jusqu’à présent, nous n’avons constaté aucune tendance sérieuse à la création d’un autre système qui pourrait le remplacer.

Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où un ami de votre ami peut être votre ennemi, et un ami de votre ennemi peut aussi être votre ami. Nous vivons dans un monde extrêmement explosif.

Les orateurs précédents ont évoqué la situation en Iran. Je ne vais pas analyser la situation actuelle en Iran et dans les environs, mais je voudrais me concentrer sur un ensemble de préoccupations.

Je voudrais simplement présenter quelques considérations compte tenu de l’évolution dangereuse de la situation autour de la République islamique, alors que Washington et Téhéran restent enfermés dans l’impasse dans laquelle ils se trouvent, sans qu’aucune issue ne soit en vue.

Malgré certaines tendances et mesures positives récentes, qui ont réduit le risque d’une éventuelle action militaire contre l’Iran, la situation autour de la République islamique reste explosive. Les tentatives des États-Unis de former une nouvelle coalition de nations pour contrer ce qu’ils considèrent comme une nouvelle menace maritime de l’Iran, le déploiement de navires de guerre dans le golfe Persique, la saisie de pétroliers et la destruction de drones militaires ont créé une situation où les hostilités sont plus susceptibles d’être déclenchées par la prétendue « guerre par accident », que par une décision politique prise par l’une des principales parties concernées.

Étant donné le grand nombre d’acteurs et de parties prenantes clés dans ce processus, impliquant à la fois des acteurs publics et non publics, il n’est pas exclu que l’un des acteurs tente de provoquer une hostilité qui pourrait être présentée comme une « guerre par accident ».

Dans le pire des scénarios – si les hostilités et la guerre éclatent – il est évident que les opérations terrestres contre l’Iran sont pratiquement impossibles, tout d’abord à cause de la géographie – nous voulons parler des chaînes de montagnes le long de certaines de ses frontières, des déserts à l’est, des marais au sud et de la Turquie à l’ouest qui empêcheraient les troupes américaines d’utiliser ces terres pour envahir l’Iran.

Mais il est également évident que la géographie du théâtre d’opérations militaires s’étendrait considérablement dans toute la région. Les opérations militaires peuvent englober des pays qui seraient impliqués dans une guerre par inadvertance. En conséquence, le nombre de pays participant aux hostilités augmenterait considérablement et les hostilités s’étendraient à l’ensemble du Moyen-Orient – de la Syrie aux Émirats arabes unis, de l’Iran à l’Arabie saoudite, et ainsi de suite.

En cas d’hostilités contre l’Iran, il est plus que probable que Téhéran n’aura besoin que de quatre à six mois pour mettre au point une arme nucléaire. Certains experts ont tendance à considérer que la situation autour de la République islamique est beaucoup plus compliquée que celle de la crise des Caraïbes, affirmant que cette dernière n’a impliqué que deux parties et qu’il leur a été beaucoup plus facile de chercher une issue, alors que dans le cas de l’Iran, comme déjà mentionné, les acteurs clés évidents et non-évidents sont nombreux.

 

Il est plus qu’évident qu’en cas d’hostilités ou de guerre, il serait impossible de calculer tous les scénarios, mais une chose est claire : des frappes aériennes massives contre l’Iran déclencheraient un afflux massif de réfugiés de ce pays. Il est fort probable que la Turquie fermera ses frontières et que ces flux se dirigeront vers le nord jusqu’aux frontières avec l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Cela constituerait une grave menace non seulement pour l’Arménie et l’Azerbaïdjan, mais aussi pour la Russie. Certains experts militaires russes ont déjà fait valoir que la Russie devrait augmenter et consolider le nombre de ses troupes frontalières à la frontière entre l’Arménie et l’Iran, prendre également le contrôle de la frontière entre l’Azerbaïdjan et l’Iran, ainsi que de la frontière actuelle entre le Nagorny-Karabakh (Haut-Karabakh) et l’Iran.

Dans l’éventualité d’une telle évolution, il pourrait être difficile pour l’Azerbaïdjan de siéger sur différents sièges géopolitiques en même temps et les autorités de Bakou seraient plus susceptibles de permettre à la Russie de prendre le contrôle de leur frontière avec l’Iran (y compris son exclave Nakhitchevan) comme le flux important de réfugiés deviendrait une source de grave instabilité politique intérieure.

Les hostilités contre l’Iran ne produiront aucun gagnant – ni militaire ni politique. Tout le monde perdrait. Mais il ne fait aucun doute que la Russie obtiendrait les plus gros dividendes politiques, et peut-être aussi la Chine. D’éventuelles hostilités contre l’Iran renforceraient considérablement le rôle de la Russie et nul autre que Moscou ne pourrait assumer le rôle de médiateur. La Chine pourrait également apporter son aide à Moscou.

Les relations russo-iraniennes ont déjà acquis des qualités stratégiques d’alliées. Pour preuve, nous pouvons citer l’accord récemment signé sur une coopération militaire élargie entre l’Iran et la Russie. L’Iran cherche à resserrer ses liens avec l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie. Les parties achèvent un ensemble de procédures nécessaires à l’entrée en vigueur d’un accord intérimaire établissant une zone de libre-échange entre l’Iran et l’UEE, qui doit entrer en vigueur le 27 octobre 2019.

Compte tenu de la coopération multilatérale croissante de la Turquie avec la Russie, on peut affirmer que le triangle Moscou-Ankara-Téhéran deviendra décisif et que la Russie y exercera une influence significative. Cette coopération trilatérale peut avoir une multitude de significations et d’impacts, y compris dans divers processus et dans une région beaucoup plus vaste.

Pour en revenir aux manifestations négatives de la mondialisation, il y a une préoccupation que j’aimerais partager avec vous – c’est la mondialisation croissante de nouvelles valeurs. Dans mon pays, l’Arménie, en particulier, des processus sont en cours qui sont extrêmement dangereux pour notre État. Une organisation occidentale a une énorme influence sur le gouvernement arménien en place. Elle dirige un vaste réseau d’ONG qui affaiblissent notre État et elle protège ouvertement ceux qui commettent des actes terroristes. Permettez-moi de dire clairement de quelle organisation je parle – c’est l’Open Society Foundations ou la Fondation Soros, qui agit contre l’État arménien, contre le Haut-Karabakh, en cherchant à affaiblir nos forces armées.

Un attentat terroriste a été perpétré à Erevan contre un commissariat de police en juillet 2016 par un groupe terroriste, qui a pris des otages et tué trois policiers. Après le changement de pouvoir en 2018, les membres de ce groupe ont été non seulement acquittés, mais ont également créé un parti politique.

Ces problèmes sont d’une importance vitale pour l’Arménie : en effet, si la Géorgie est la Géorgie même sans l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, si l’Ukraine est l’Ukraine même sans la Crimée, le Donbass et Lougansk, en revanche la République d’Arménie risque de perdre son statut d’État sans le Haut-Karabakh. Les activités de l’organisation susmentionnée visent principalement le Haut-Karabakh.

En fin de compte, je voudrais ajouter qu’il ne fait aucun doute qu’un nouveau système de sécurité internationale ne peut être créé que par la négociation. Aujourd’hui, à l’époque des guerres hybrides, la diplomatie semble avoir été repoussée au second plan.

Je pense qu’un nouveau système de sécurité internationale ne pourrait être créé que grâce à la coopération de la Russie, des États-Unis et de la Chine. Je pense que nous devrions tous, avec nos modestes moyens, promouvoir cette idée que le monde n’a d’autre choix que de créer un nouveau système de sécurité.

Source - FLUX