Joe Biden: la fin de l'Amérique

01.09.2021

Le siècle américain est terminé. Quelle est la prochaine étape ?

Aujourd'hui, seuls les paresseux ne donnent pas de coup de pied à Biden suite à son échec total en Afghanistan. Mais même les paresseux vont s'y mettre. Et à juste titre.  Un échec aussi dramatique et graphique, un échec aussi épique des mondialistes libéraux, le monde n'en avait pas vu depuis longtemps.

Lorsque Biden se précipitait encore vers le pouvoir, éliminant impitoyablement Trump, il proclamait le slogan "Build Back Better". C'était une sorte de mot de passe pour la grande réinitialisation annoncée par les mondialistes à Davos en 2020. Le plan général était le suivant:

  • Pour faire échouer la montée du populisme et d'abord pour faire dérailler la réélection de Trump aux États-Unis même ;
  • restaurer la dictature ébranlée des élites libérales dans l'Union européenne ;
  • perturber la consolidation de la souveraineté russe et chinoise, notamment en sapant l'économie du pétrole et du gaz et en renforçant le chantage à l'environnement (énergie verte) ;
  • accélérer la mondialisation et un programme universel pour diffuser l'idéologie du genre ;
  • passer à un rythme accéléré à un nouvel environnement technologique, où l'intelligence artificielle et les technologies post-humaines (réseaux neuronaux, cyborgs, etc.) seront au premier plan, et, en même temps,
  • inoculer à toute l'humanité quelque chose de suspect.

Dans la pratique, cela signifiait une série d'étapes concrètes plutôt menaçantes pour garantir qu'un tel ordre du jour soit un succès stratégique. Ces étapes étaient les suivantes :

  • Remettre la Russie à sa place, notamment en rendant la Crimée à l'Ukraine, en interrompant Nord Stream 2 et, au passage, en confiant le pouvoir à Moscou à Navalny ou, au pire, à Medvedev ;
  • pour gagner rapidement une guerre commerciale avec la Chine ;
  • écraser Orban et les Polonais, qui refusent obstinément les politiques migratoires et gendéristes de l'UE ;
  • organiser une révolution de couleur en Biélorussie ;
  • porter un coup fatal à l'Iran intransigeant et à la Turquie entêtée ;
  • renverser le régime d'Assad et
  • en finir avec le fondamentalisme islamique, que les États-Unis ont eux-mêmes créé pendant la guerre froide.

Ensuite, une fois tous ces obstacles désagréables rapidement écrasés, il serait possible de revenir à la construction d'un monde unipolaire et à l'établissement d'un gouvernement mondial.

C'est ce que l'on attendait du "grand reboot". Et maintenant le moment est arrivé.

Les néonazis ukrainiens, qui avaient été relancés immédiatement après l'arrivée de Biden, ont tenté de prendre quelques mesures dans le Donbass, mais ont été immédiatement repoussés. Moscou a organisé un exercice de paix et les clowns de Kiev se sont figés de terreur. Nord Stream 2 a été achevé et est sur le point de commencer à fonctionner. A Téhéran, l'ultra-conservateur Raisi a été légitimement élu, enterrant tout espoir d'une restructuration iranienne.  Erdogan est toujours aussi fort. Orban ne laisse pas entrer les migrants et refuse les parades de la gay pride. Lukashenko s'assoit dans son fauteuil et raconte des blagues, faisant atterrir des avions avec des opposants et lançant des réfugiés irakiens dans la Lituanie prise en tenaille par l'OTAN. Assad en Syrie fait ce qu'il veut. La Chine n'a pas reculé d'un pouce par rapport à ses politiques. Le gaz et le pétrole sont encore à un prix élevé. Toutes les mesures de répression contre le Parti républicain et les trumpistes aux États-Unis n'ont fait que diviser davantage le public.

Et maintenant, enfin, le point culminant: une retraite honteuse de Kaboul, où les Talibans éliminent impitoyablement les retardataires. Mais que voulait Washington? La guerre est perdue pour de bon. Deux décennies d'occupation ont été gaspillées. Et maintenant, le colonisateur en fuite, qui a jeté une montagne d'armes, est escorté,à sa sortie, par des balles, des mines et des explosions.

Les six mois de l'administration Biden peuvent être résumés. C'est un véritable échec. Pas seulement le vieux sénile lui-même. Personne ne se soucie de lui, il est dément et c'est évident pour tout le monde. C'est avant tout un échec du plan des élites mondiales. Elles ont fait une dernière tentative pour revenir aux années 90, pour restaurer les paramètres du moment unipolaire.  Et... et elles ont échoué. C'est la fin du monde unipolaire. Il n'y a plus aucune chance.

Peu de gens ont encore pris conscience de la gravité de ce qui s'est passé. Les élites libérales du monde entier espéraient sérieusement une revanche post-Trump. Et voici le résultat. Ce n'est pas facile à comprendre. Et les douleurs fantômes sont encore assez sensibles. Surtout par les néocons et les maniaques de la mondialisation comme Bernard-Henri Lévy, qui a récemment escaladé les gorges du Panjsher pour inspirer la lutte désespérée contre les talibans (interdits en Russie) chez les Tadjiks afghans. Mais partout où Levy est apparu, les mondialistes ont subi une défaite ignominieuse. Des exemples à foison - Syrie, Kurdistan, Ukraine, Géorgie... C'est un véritable Monsieur "pas de chance". Tout libéral aujourd'hui est exactement cela: "Monsieur pas de chance". Pas une seule chance. Tout le monde gagne sauf eux. N'importe qui. Mais pas "Build Back Better".

Il est impossible d'accepter cela pour ceux qui ont dirigé le monde jusqu'à ces dernières années et qui le dirigent encore par inertie. En 1990, l'élite soviétique défunte ne pouvait pas non plus croire que l'URSS était sur le point de s'effondrer. Aujourd'hui, le monde unipolaire s'est réellement effondré. C'est comme un film au ralenti de l'effondrement des tours jumelles. On aperçoit déjà des nuages de poussière, des langues de flamme, des employés qui tombent en grappes des fenêtres, le bâtiment qui s'affaisse et tremble... Mais qui reste debout. Encore un moment...

C'est ce que sont les États-Unis aujourd'hui. Et lorsque Biden agite ses vieux poings secs, en menaçant les extrémistes islamiques (l'ISIS ou les Talibans, qui sont interditsen Russie), cela semble aussi pathétique que les marmonnements inarticulés de Gorbatchev à la veille de sa disparition dans le caniveau de l'histoire.

Ce n'est pas le fait que les Américains aient quitté l'Afghanistan, c'est la manière dont ils l'ont quitté, c'est ça qui est fondamental. C'est pire qu'un déshonneur. C'est la fin de l'Amérique que nous connaissions. Et ils ne s'en remettront plus jamais. Ils ont essayé de recommencer et de reprendre là où ils s'étaient arrêtés (Build Back Better). Le bilan aujourd'hui est très clair: ça n'a pas marché. Et ça ne marchera plus. Plus jamais.

Dans le nouveau monde post-Afghanistan, c'est maintenant chacun pour soi. Et la souveraineté devra dorénavant être défendue non seulement face à un hégémon évident mais dans une situation beaucoup plus complexe et compliquée. Oui, le monde a été libéré de l'empire américain. Celui-ci est en déclin. Il n'a pas encore atteint le point zéro, mais il est en train de le faire. L'attente ne sera pas longue.

Mais que faire de cette nouvelle liberté, la nôtre et la vôtre? Comment l'ancrer? Comment le défenderez-vous?

C'est ce que pensent Pékin, Téhéran, Ankara, Riyad et même Kaboul. Ce à quoi le Kremlin pense, je ne peux pas l'imaginer. Mais il est impossible d'ignorer ce qui se passe. Même au Kremlin.

Biden ne s'est pas contenté de glisser et de tomber, il a cassé tout ce qu'il pouvait casser, et il a été placé aux soins intensifs, dont il a peu de chances de sortir.

Les États-Unis sont toujours là, mais il n'y a plus aucun intérêt pour cela. Les États-Unis sont en soins intensifs. Cela vaudrait la peine d'être noté si le nouveau monde post-libéral ne promettait pas tant de problèmes nouveaux et difficiles. Mais quelque chose me dit que nous ne sommes pas du tout préparés.

tg Nezigar (@russica2)