Pilleurs du sol de l'Eurasie et leur argent sale en Suisse

Photo: Pixabay
Pilleurs du sol de l'Eurasie et leur argent sale en Suisse
17.07.2018

Corruption, blanchiment d'argent et criminalité internationale sont étroitement liés et représentent de surcroît un affront moral au fonctionnement de notre société, et plus particulièrement de celle de mon pays : la Suisse. Le pillage des ressources naturelles de l'Eurasie et leur appropriation par un petit nombre sans que les peuples de la République fédérale de Russie n'en bénéficient constituent un cas parfait sur lequel se fonder pour expliquer aux autorités de la Confédération les failles par lesquelles de l'argent « sale », appartenant initialement à une nation étrangère, est détourné au profit d'oligarques ayant perdu tout sens de la réalité, épuisant les réserves du sol de leur patrie à leur unique profit. Pour démontrer brièvement ce danger de blanchiment systémique d'argent, je prendrais le cas du clan des milliardaires Prokhorov, me permettant à cette occasion de donner quelque conseil au Procureur de la Confédération pour gérer ce problème jusque-là difficilement résoluble. 

            En effet, la tactique adoptée par la Confédération doit résider en une méfiance extrême envers ceux qui viennent non directement de Russie, mais des pays voisins, membres de l'Union européenne et surtout de ceux de la même zone Schengen, car les milliardaires détenant de l'argent sale arrivent chez nous en Suisse non depuis Moscou ou Saint-Pétersbourg, mais comblés d'honneurs dans les pays limitrophes, honneurs qu'ils ont achetés grâce à cet argent provenant du pillage des ressources naturelles de leur pays. 

Les Prokhorov frère et sœur, chevaliers de la légion d'honneur

            La légion d'honneur, fondée à l'origine pour les seuls Français, est devenue une forme de récompense pour les étrangers qui servent les présidents de la République française financièrement ou idéologiquement. Or, même si Mikhaïl Prokhorov s'est fait emprisonné pour une affaire de mœurs à Lyon en 2007 par Sarkozy, alors ministre de l'intérieur mais aussi déjà pleinement absorbé par une quête de financement pour sa campagne présidentielle 1, il a su trouver un terrain d'entente avec son geôlier, soutenant certainement ce futur président de la manière que Kadhafi – et ce, tant et si bien que Sarkozy, une fois président, lui a offert une légion d'honneur comme, un peu plus tard, son successeur Hollande distinguera par la même décoration suprême française sa sœur Irina 2.

C'est protégés par ces décorations et d'autres breloques fournies par la France que ces milliardaires et leurs semblables apportent leur agent sale chez nous en Suisse, nous qui nous fions à cette garantie honorifique que la France voisine avait offerte aux pillards du sol de l'Eurasie. 

Rôle des professeurs universitaires

            Nos pouvoirs suisses sont victimes d'une certaine naïveté lorsqu'ils prennent pour argent comptant la « caution morale » fournie à ces corrupteurs par des personnes portant le titre de professeur universitaire. Désirant abuser de cette candeur occidentale, et suisse en particulier, les Prokhorov ont fondé une maison d'édition à Moscou qui publie certains professeurs français, suisses, allemands, …, lesquels, en échange de cette forme de pot-de-vin officialisé, fournissent des garanties de probité sous la forme d'attestations et d'articles élogieux à la gloire de leurs bienfaiteurs milliardaires. Ces derniers propulsent, en contrepartie, leurs universitaires français, allemands, russes, … vers des postes en Suisse, sachant que cette forme d'investissement leur sera des plus rentables à long terme.

Cette pratique est, bien sûr, extrêmement nuisible pour les universités et fonds de recherche helvétiques, lesquels deviennent par ailleurs victimes d'un certain pillage perpétré par des fonctionnaires issus de l'Université française, cette institution gérée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale par des soviets centralisés et qui est responsable du fait qu'actuellement des millions de Français sont totalement illettrés 3, qu'en quelques années, les Français ont perdu 4 points de QI 4, voire qu'un Français sur sept vit – même en prenant en compte les statistique gonflées par l'Insee – en-dessous du seuil de pauvreté5. Les apparatchiks de l'Université française, après avoir démoli leur propre université laquelle, ravagée par la gale, se trouve actuellement à feu et à sang6, sont ravis d'être placés par des milliardaires russes au sein d'universités suisses, se mettant tout de suite à corrompre et appauvrir le monde académique helvétique comme ils l'avaient fait en France pendant des décennies.

C'est aussi l'action de ces oligarques qui explique le fait que certaines facultés d'humanités suisses acceptent des étrangers non résidant suisses à des postes réservés aux Suisses et aux résidents helvétiques d'après la dernière loi en la matière, et ce, même si la compétence des Suisses est supérieure à celle des apparatchiks des universités françaises importés en Suisse sous la pression des Prokhorov. Bien sûr, ces milliardaires comptent sur une sorte de publicité et de reconnaissance publique dont ils bénéficieront en échange de cette forme de bakchich dont ils n'auront même pas à s'acquitter eux-mêmes mais qui sera mensuellement versé sous forme de salaire par une université suisse ou par un fond de recherche helvétique. Voilà pourquoi, afin de déchoir les corrupteurs venant en Suisse pour blanchir leurs milliards, les autorités de la Confédération auraient besoin d'un expert qui démontrerait non seulement le fonctionnement interne des éditions et des fondations créées par ces oligarques, mais qui décortiquerait également le parcours réel de leurs garants universitaires importés dans les universités suisses depuis la France, l'Allemagne, l'Italie, la Russie, etc.

Conclusion

L'outil premier de lutte contre le blanchiment d'argent sale en Suisse doit aller du simple au compliqué, le moins complexe serait d'interdire à ces oligarques d'accéder à la Suisse afin de les priver de la possibilité de jouir des fruits de leurs corruptions. Même évidente, cette pratique s'avère cependant extrêmement difficile à mettre en place compte tenu des accords de Schengen qu'avait signés la Confédération. Pour cette raison, afin de limiter leur capacité de nuisance en Suisse, il faudrait notamment interdire à leurs agents d'obtenir des postes universitaires suisses, car c'est ce qui leur permet en fin de compte de bénéficier d'une respectabilité réellement non méritée. Les services de la Confédération devraient donc examiner avec plus d'attention le passé des fonctionnaires universitaires français invités par leurs confrères suisses. 

            Dernièrement, une grande affaire de corruption a secoué le monde russophone eurasiatique : des journalistes de la BBC ont découvert le cas de l'achat d'une villa italienne appartenant au ministre des ressources naturelles russes par le multimilliardaire Prokhorov qui l'avait payée le triple de sa valeur – une forme de pot-de-vin permettant un transfert légal de fonds au ministre chargé de la gestion de ce nickel que Prokhorov puise dans le sol russe 7. L'affaire de corruption de cet oligarque qui se déroulait dans l'Italie voisine a été étouffée très rapidement en France où l'ordre a été donné aux médias de ne pas mettre en cause le clan Prokhorov utile aux intérêts de Macron en Russie. Pourtant, Macron (en sa qualité de grand maître de la légion d'honneur), que j'ai alerté tout comme la Chancellerie de la légion d'honneur, aurait au moins dû engager une enquête en vue d'examiner si le frère et la sœur Prokhorov sont effectivement dignes de détenir cette distinction suprême de la République française dont le nom même oblige l'honneur. Il existe donc une authentique complicité, fruit d'intérêts doctrinaux et crapuleux, entre le pouvoir français et des oligarques venant régulièrement blanchir leur argent sale sur le sol helvétique.

L'« élite » française protège une certaine corruption de manière outrancière. Ce qu'il faut savoir chez nous, en Suisse, c'est que les Prokhorov ont obtenu leur légion d'honneur grâce à l'appui répété d'universitaires français –  dont il faudrait examiner la probité si l'on fait une enquête approfondie en France –, ayant été depuis lors propulsés dans des facultés helvètes, exerçant ainsi leur malfaisance sur notre sol. 

            Or, pour lutter contre les détenteurs de ces fonds orientaux, le parquet helvétique aurait besoin de mener une enquête nuancée et multi-facette sur le passage de cet argent par la France ainsi que d'adopter une stratégie visant à éloigner du territoire national les petits agents universitaires de ce grand corrupteur fussent-ils Français de souche. Et, pour terminer, soulignons un fait davantage important : compte tenu de la crise financière submergeant la France qui se trouve en état d'urgence depuis novembre 2015 (une reconnaissance certifiée de guerre civile officiellement créée en 1955 pour faire face à des affrontement militaires dans les départements de l'Algérie française, normalisée par le gouvernement de Macron, – ce qui est davantage catastrophique), une extrême vigilance s'impose, chez nous en Suisse, envers tout ce qui vient de cette France où des apparatchiks méprisant tout sens de l'éthique, ayant de surcroît démoli leur propre pays, sont prêts à tout pour maintenir leur niveau de vie et acceptent sans aucun scrupule, même joyeusement, de devenir les apologistes universitaires de grands corrupteurs en vue de faciliter leur venue en Suisse pour profiter personnellement des fruits de leurturpitude. Les pouvoirs helvétiques doivent briser ce schéma pervers mis en place avec succès à l'époque du partage de l'empire soviétique par des prédateurs ayant depuis lors acheté leur « dignité chevaleresque » via la légion d'honneur française. 

1              A. Géraud, « A Courchevel, un coup de filet policier en pleine saison russe », Libération, le 13 janvier 2007, Paris :http://www.liberation.fr/societe/2007/01/13/a-courchevel-un-coup-de-filet-policier-en-pleine-saison-russe_81829

2           «Mikhaïl Prokhorov décoré de la légion d'honneur », Le Figaro (blog), le 15 mars 2011 : http://blog.lefigaro.fr/russie/2011/03/mikhail-prokhorov-decore-de-la.html; «И. Прохорову во Франции наградили орденом Почетного легиона», РБК, 5 декабря 2012, Москва : https://www.rbc.ru/rbcfreenews/20121205075217.shtml

3           «L’évolution de l’illettrisme en France », Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme: associationcle.fr/wp-content/uploads/2017/11/PLAQUETTE_CHIFFRES_JANVIER2013.pdf

4           Cf. Enquête INSEE IVQ 2004-2005.

5           «600 000 pauvres de plus en dix ans », Observatoire des inégalités, 17 octobre 2017, Paris : https://www.inegalites.fr/600-000-pauvres-de-plus-en-dix-ans

6           « Selon une source proche du dossier, la décision d'évacuation a été accélérée après le découverte de cas de gale parmi le personnel de l'université, dont certains ont demandé lundi à exercer leur droit de retrait.» http://www.france24.com/fr/20180626-france-migrants-evacuation-batiment-universite-paris-8-saint-denis (France 24, le 26 juin 2018). 

7           Сергей Горяшко, Елизавета Фохт, Анастасия Напалкова, Елизавета Сурначева, Русская служба Би-би-си, «Как Прохоров помог вице-премьеру Хлопонину стать самым богатым чиновником», BBC, 24 апреля 2018, Лондон : https://www.bbc.com/russian/features-43842441