Israël : le Mossad aurait abattu le père du nucléaire iranien à l'aide d'un "robot tueur"

Mercredi, 22 septembre, 2021 - 10:28

Pionnier du programme nucléaire iranien, le physicien Mohsen Fakhrizadeh aurait été abattu par une arme d'un genre nouveau en novembre 2020, selon les dernières révélations du « New York Times ». Les services secrets israéliens se seraient servis d'une mitrailleuse robotisée, actionnée à distance, une première.

Imaginez une arme sans tireur, d'une précision millimétrée, encore plus indétectable qu'un drone. Ce n'était qu'une hypothèse de science-fiction… jusqu'aux révélations du New York Times, ce samedi 18 septembre. Le Mossad, le service de renseignement israélien, se serait en effet servi d'une arme d'un genre nouveau pour éliminer le scientifique Mohsen Fakhrizadeh, le père du programme nucléaire iranien, le 27 novembre 2020.

Jusqu'ici, le doute planait sur les circonstances réelles de cet assassinat. Selon le quotidien américain, Mohsen Fakhrizadeh a été tué par une mitrailleuse robotisée alors qu'il se déplaçait en voiture au sein d'un convoi ultra-sécurisé dans la banlieue de Téhéran. Depuis la mort du général Soleimani, abattu par une frappe aérienne américaine en janvier 2020, les gardes du corps du scientifique iranien avaient renforcé leurs mesures de sécurité. Mais ils n'avaient pas envisagé que leur convoi allait croiser un pick-up bleu, garé sur le bord de la route, contenant une « machine à tuer télécommandée », selon les termes du quotidien américain.

PLUS DISCRET QU'UN DRONE

Cette arme est capable de viser toute seule grâce à des caméras reliées à une technologie d'intelligence artificielle et de tirer 600 coups par minute au signal d'un opérateur situé à des milliers de kilomètres. En somme, une arme plus discrète qu'un drone, qui peut être repéré grâce à un radar. Selon le New York Times, le dispositif, qui pesait une tonne, aurait été introduit clandestinement en Iran en pièces détachées et monté sur place par des agents qui ont quitté le pays avant l'attentat.

Selon le New York Times, cette opération d'ampleur aurait été préparée par le Mossad en coopération avec des responsables américains de haut rang, dont l'ancien président Donald Trump et son secrétaire d'État Mike Pompeo. Les dirigeants israéliens voulaient s'assurer du soutien américain alors que l'opération pouvait au pire, déclencher une guerre avec l'Iran, et au mieux enterrer définitivement l'accord sur le nucléaire, abrogé par Donald Trump en 2018.

C'est finalement la défaite plus que probable du 45e président américain, allié inconditionnel de Benyamin Netanyahou, qui aurait précipité l'opération et le choix de ce mode opératoire inédit, qui semblait être le plus efficace, selon les sources du New York Times. Mohsen Fakhrizadeh est le dernier d'une liste de spécialistes iraniens du nucléaire assassinés. Depuis 2010, cinq personnes au total ont été tuées pour entraver le programme nucléaire en Iran.

Source : Marianne